RKSS-3Pour ouvrir le Fantastique week-end du cinéma québécois, les organisateurs ont invité le public à assister à une rencontre avec le collectif Roadkill Superstar.

Ce fut une très belle heure et demie à découvrir et à mieux connaître ces trois créateurs. Roadkill Superstar est composé de François Simard, d’Anouk Whissell et de Yoann-Karl Whissell (coanimateur des Mystérieux Étonnants). Cette rencontre a été animée par Marc Lamothe, un des organisateurs de Fantasia.

Je dois dire que je ne connais pas toute l’œuvre des RKSS. J’ai vraiment apprécié cette rencontre et j’espère que Fantasia va en faire plus à l’avenir.

Voici un résumé de ce qui a été discuté pendant cette conférence:

Les RKSS ont parlé de leur début. Le tout a commencé en 2000. François Simard faisait des petits films chez lui avec un ami. Yoann-Karl et Anouk Whissell, eux aussi de leur côté, ont toujours fait de petits films pour le plaisir. François et Anouk se rencontrent durant leur étude en animation 2D au cégep du Vieux Montréal en 2004. C’est à peu près à ce moment-là que le collectif s’est formé. Ils ont fait plusieurs courts métrages, plusieurs ont été complétés et d’autres non.

Marc Lamothe leur a demandé comment c’était de travailler à trois. Ils ont répondu qu’ils écrivent toujours ensemble et qu’ils ont souvent le même genre d’idée et de pensées. Ils s’entendent facilement sur une même ligne directrice. À trois, c’est plus facile de trouver des solutions parce qu’il y a trois cerveaux. Ils vont plus se chamailler lors de l’écriture, mais une fois sur le plateau, ils vont tous dans la même direction. Il y a une symbiose entre les trois.

RKSS-2

Marc Lamothe leur a ensuite demandé ce qu’ils ont gardé de leurs études. Les RKSS ont dit que c’est les story-boards. C’est bien pour eux et pour toute l’équipe technique. Puisque leurs films sont très visuels, ils trouvent que cela aide mieux à expliquer aux autres. En plus, ils ont tous du talent en dessin ce qui les avantages. Ils ont dit n’avoir jamais étudié en cinéma et le story-board est l’un de leurs meilleurs outils. Le festival Fantasia a été aussi très formateur pour RKSS. Ça a pu leur faire découvrir un cinéma non accessible ici. Ils ont dit que le réalisateur John Woo avec ses films a été aussi un bon formateur.

Un de leurs courts métrages, le Bagman, fête déjà ses dix ans d’existence. À la base, le Bagman devait être une BD sous le nom du « sexioneur ». Avant d’avoir son propre court métrage, il y a eu deux apparitions du personnage. Le personnage a été influencé par « Braindead », un buzz qu’il y a eu au festival Spasm. Le vidéo du Bagman a eu un million de clics sur Google vidéo, mais qui a publié sur le web par une autre personne. Le Bagman est distribué à travers de six pays européens, ce qui est rare pour un court métrage.

Le nom des Roadkill Superstar se voulait être un nom du genre de band de métal. Maintenant, ils sont pris avec ce nom et ils trouvent cela drôle.

Les RKSS ont parlé de leur expérience de travail avec le réalisateur Lloyd Kaufman. Il leur a demandé de travailler avec eux. Les RKSS ont fait les scènes d’action, les effets spéciaux et les story-boards pour Poultrygeist: Night of the Chicken Dead. C’est un film de zombies-poulets. Ils ont aussi eu la chance de jouer dans le film. Troma (le studio de Lloyd Kaufman) leur a donné beaucoup de conseils.

Les RKSS ont fait plus de 10 courts métrages en 10 ans.

Total Fury est un « torture porn » qui sort de leur genre. Il y a un ton très lourd, mais il y a une rupture de ton quand le personnage d’Anouk commence à tuer tout le monde. Les RKSS ont que c’était un tournage dur et très éprouvant. C’est un hommage à Commando. C’est aussi le dernier film qu’ils ont fait sans avoir les droits sur la musique. À partir de 2007, les RKSS collaborent avec Le Matos pour la musique. Cette collaboration fait monter d’un cran le niveau professionnel.

Un de leur court métrage préféré reste encore Demonitron. C’est une fausse bande-annonce. Ils ont bien aimé faire ça parce qu’il n’y a pas besoin d’histoire. C’est plus de gags et plus de références.

Ensuite, les RKSS ont parlé de leur minisérie des Ninja Elinimator (1, 2 et 3) qui sont aussi de fausses bandes-annonces. Ils ont parlé de la progression et de l’évolution entre les trois titres. Pour réaliser ces bandes-annonces, ils ont dû se débrouiller avec les moyens du bord, beaucoup de DIY (Do It Yourself). Ils ont dû se promener avec tout le matériel et trouver les lieux au fur et à mesure qu’ils tournaient.

Les RKSS ont aussi parlé de leur collaboration avec Eddy69. Pour eux, il n’y a pas de compétitions entre les différents cinéastes. Ils aiment s’entraider.

Jouer avec RKSS, il ne faut pas de pudeur.

T for Turbo qui était à la base qu’un court métrage est maintenant un long métrage. Au début, les RKSS ne voulaient pas participer au concours ABC of Dead, mais ils ont changé d’idée et ils ont participé à la compétition de T for … Ce court métrage met en scène Yves Corbeille que Yoann a rencontré aux Mystérieux Étonnants. Yoann-Karl lui a demandé de faire un méchant.

TurboKid_longDeux ans après le court métrage qui n’a pas été sélectionné à ABC of Dead, T for Turbo devient Turbo Kid. Ils ont eu une proposition de le transformer en long métrage et ils ont accepté. Le Marché du Film de Fantasia (un genre de speed dating entre créateur et producteur) les a beaucoup aidés à trouver un producteur au Canada. Ils avaient déjà l’aide d’un producteur de la Nouvelle-Zélande. Ils ont aussi eu du financement de Téléfilm Canada et New-Zealand Film […]. Ce fut un projet ambitieux.

Marc Lamothe leur a demandé quels étaient les acteurs de rêve pour Turbo Kid. Ils voulaient avoir Michael Ironside et ils l’ont eu pour incarner le terrible Zeus. Les RKSS l’ont rencontré au Toronto International Film et il n’a pas accepté sur le coup. Mais après avoir lu deux fois de suite le script de Turbo Kid, il a accepté ce disant que ce fût impossible que ce soit si bon. Michael Ironside a été une grande expérience pour les RKSS.

Laurence Leboeuf était aussi un choix de rêve et elle a aussi accepté de faire le film. François l’a photoshoppé sur une affiche fictive de Turbo Kid et c’est là qu’elle a accepté le rôle. Pour les RKSS, Laurance Leboeuf a un talent hors du commun et c’est une des meilleures actrices au Québec.

Monroe Chamber, un acteur dans la série Degrassi, est la tête d’affiche du film. Durant l’audition, les RKSS étaient aussi tressés que les acteurs qui sont venus. Monroe Chamber fut le premier à passer les auditions et les RKSS ont vu en lui le potentiel pour incarner le personnage principal. Ils ont quand même fait passer les auditions aux autres acteurs.

Ensuite, ils ont présenté un court Making of et un peu de footage.

Ils ont raconté qu’ils ont eu les pires conditions de travail avec le printemps 2014. Leur film se déroule sur une planète sèche et il a beaucoup plu. Ils ont dû adapter leur scénario pour une planète avec beaucoup d’eau contaminée.

Pour l’instant, le tournage de Turbo Kid est complété. Ils vont aller faire la postproduction en Nouvelle-Zélande. Il n’y a pas encore de date de sortie, c’est surement en 2015. Au début de l’année? Rien n’est encore coulé dans le béton.

Marc Lamothe leur a demandé comment c’est déroulé l’apprentissage entre le court et le long métrage. Ils ont dit que cela été relativement facile puisqu’ils ont eu la chance de travailler avec une équipe avec beaucoup d’expérience. C’était un projet hors du commun et l’équipe de production a embarqué dans l’aventure, même si c’était avec une équipe réduite.

Et pour finir, il y a eu les questions du public:

Les RKSS sont oldschool dans leur manière de travailler. Ils touchent à tout.

Marc Lamothe

Le pire moment du tournage fut la scène de la piscine dans le froid. L’équipe, par solidarité, a enlevé leurs manteaux pour supporter les acteurs. La génératrice a aussi explosé. Ils ont dû trouver des solutions rapides, faire des sacrifices et adapter le film.

Anecdote de Yoann-Karl: Michaeal Ironside a changé une ligne, mais elle était en lien avec la suite. Michaeal Ironside est toujours dans son personnage et lui dit qu’il a tort. Mais, il a finalement décidé de revenir à la phrase originale.

Michaeal Ironside veut retravailler avec les RKSS. Il a apprécié travailler avec eux.

Les RKSS aimeraient bien que Turbo Kid fasse la tournée des festivals. Yoann-Karl voudrait une projection dans quelques salles ici au Québec. Ils aimeraient que Turbo Kid ait une première montréalaise et que leur film soit à Fantasia.

Les gros sacrifices que les RKSS ont dû faire ont été de choisir entre « tourner une scène où ils avaient déjà investi sur les effets spéciaux » ou « tourner la fin du film ». Sinon, le sacrifice le plus cool qu’ils ont fait a été de quitter leur emploi pour faire ce qu’ils aiment et être heureux.

RKSSCe qui conclut la conférence.

Site web

Facebook

Vimeo

YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *