La La La at Rock Bottom sera présenté le :

  • 2 juillet 2015 à 20h au Walter Reade Theater
  • 11 juillet 2015 à 14h au Silas Theater

À noter que le film sera aussi présenté au Festival Fantasia 2015.

6152ALe film raconte l’histoire d’un voyou dans la trentaine qui vient tout juste de sortir de prison. À peine sorti de prison qu’il fréquente à nouveau des gens peu recommandables. Il se fait tabasser… Bang… quelques coups sur la tête, le jeune homme se réveille plus tard étendu en plein milieu d’une petite rue sans savoir qui il est. Plus tard, il entend de la musique au loin, c’est une fête privée. Il s’y introduit et vole le microphone du chanteur. Il se met donc à chanter instinctivement, puis il perd connaissance à nouveau. Les membres du groupe ramèneront l’homme sur Kasumi, la gérante du groupe et la propriétaire d’un studio d’enregistrement/karaoké. L’homme se fait diagnostiquer une amnésie rétrograde. Kasumi lui donnera le nom de Pooch. Elle s’intéresse beaucoup à lui pour plusieurs raisons, parce qu’elle veut découvrir qui il est et parce qu’il a du talent pour chanter des chansons qu’il ne connait pas. Une quête débutera pour découvrir la véritable identité de Pooch, le tout entremêlé de musique.

Le film exploite beaucoup la relation entre l’humain et la musique. Qu’on le veuille ou non, la musique fait partie de nous. Qu’on n’ait pas toute sa tête ou non, la musique nous guidera toujours vers le droit chemin. C’est le cas pour ce film. La musique est comme une rédemption naturelle.

La prémisse de La La La at Rock Bottom est vraiment intéressante, même si j’ai trouvé le film un peu long. J’ai bien aimé la progression de l’intrigue. L’histoire prend le temps de mettre les éléments en place pour mieux comprendre comment Pooch se sent dans sa nouvelle vie en quête de rédemption. Le film a une belle sensibilité autant avec la direction photographique que musicalement. La direction photo donne un aspect un peu vieillot, mais ça donne du cachet à l’histoire et ça amplifie quelques éléments de l’histoire. Le film saura plaire aux amateurs de musique, plus particulièrement aux passionnés de pop-rock japonais et de karaoké.

La La La at Rock Bottom joue entre la comédie et le drame (le mélodrame?). Quand je dis «comédie», ce n’est pas d’énormes rires, mais plutôt des situations amusantes. J’ai bien apprécié la performance des acteurs. Subaru Shibutani (Pooch) qui est aussi chanteur et guitariste du groupe Kanjani Eight exécute très bien son personnage amnésique. Et, Fumi Nikaidō (Kasumi) donne beaucoup d’espoir au film, c’est la lumière de Pooch.

Bref, j’ai bien aimé La La La at Rock Bottom. C’est un peu comme un «feel good movie». Même s’il y a quelques longueurs et que le film est un peu lent, je trouve que c’est une belle œuvre cinématographique. Pour ceux qui iront au Festival Fantasia, cet été, je vous recommande d’aller voir La La La at Rock Bottom.

La La La at Rock Bottom

  • Titre original : 味園ユニバース
  • Réalisateur : Nobuhiro Yamashita
  • Scénariste : Tomoe Kanno
  • Acteurs : Subaru Shibutani, Fumi Nikaido, Sarina Suzuki, Katsumi Kawahara
  • Compagnie : Gaga Communications
  • Genre : Comédie, Drame, Romance
  • Date de sortie : 2015
  • Pays : Japon
  • Japonais avec sous-titre anglais
  • Durée : 103 minutes
  • Première Nord-américaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *