Cet article a été publié sur le site web Geeks and Com’.

 

Dans les années 80, Akira Suei a été le magnat des magazines pornographiques au Japon. En saturant le marché de photos érotiques, il a introduit plusieurs écrivains et photographes célèbres, dont Araki Nobuyoshi et Moriyama Daido.

Fiche technique

  • Titre original : 素敵なダイナマイトスキャンダル (Suteki na dainamaito sukyandaru)
  • Date de sortie : Mars 2018 (Japon) | 29 juin 2018 (NYAFF)
  • Réalisé par : Masanori Tominaga
  • Scénario par : Akira Suei
  • Acteurs : Emoto Tasuku, Maeda Atsuko, Miura Toko, Ono Machiko
  • Genre : Drame
  • Durée : 138 min
  • Classement : Non classé
  • Pays d’origine : Japon
  • Langue : Japonais (sous-titre en anglais)
  • NYAFF 2018 : https://www.nyaff.org/nyaff18/films/dynamite-graffiti

Dynamite Graffiti sera présenté le vendredi 29 juin à 18 h 30 comme film d’ouverture au Walter Reade Theater dans le cadre du New York Asian Film Festival. Le réalisateur Tominaga Masanori et l’acteur Emoto Tasuku seront présents pour la projection afin de répondre à une séance Q&A.

Dynamite Graffiti, un film biographique

Peu de films biographiques semblent s’aventurer dans l’univers érotique et/ou pornographie. C’est pour cela que le film Dynamite Graffiti avait attiré mon attention. Non pas pour son côté XXX, mais bien pour comprendre cette culture qui fait partie du Japon.

Une vie haute en couleur

Le film retrace la vie d’Akira Suei entre 1955 et 1988. On découvre que sa mère s’est suicidée à la dynamite avec son amant. C’est un événement qui est assez traumatisant pour un jeune enfant et cela peut peut-être expliquer pourquoi Suei s’est rendu à faire ce métier.

Après avoir regardé Dynamite Graffiti, j’ai trouvé que le scénario a été assez ennuyant et très anecdotique. Pendant près de 2 h 20, le film nous relate la vie de Suei avec tous ses hauts et ses bas. Mais, c’est amené tellement lentement que j’ai fini par décrocher du scénario. En plus, l’histoire prend beaucoup de temps à mettre en place le suicide de sa mère à l’aide de nombreux retours en arrière. Par moment, je trouvais cela très inutile au développement du film.

Une trame sonore inquiétante

Le plus étrange du film, c’est sans doute la trame sonore qui joue sur des notes inquiétantes. Néanmoins, rien n’est présenté ou ne laisse sous-entendre cela. Il y a seulement les scènes où l’on comprend ce que sa mère va faire. Mais sinon, c’est plutôt dérangeant.

Dynamite Graffiti n’est pas si éclatant

Le film Dynamite Graffiti ouvrira le festival. Je peux comprendre le choix. Cependant, l’histoire ne m’a vraiment pas plu. J’ai quand même aimé découvrir Akira Suei au travers de ce récit basé sur un essai du même nom. Néanmoins, je ne trouve pas que le film vaille tant la peine d’être vu.

Cet article a été publié sur le site web Geeks and Com’.   Dans les années 80, Akira Suei a été le magnat des magazines pornographiques au Japon. En saturant le marché de photos érotiques, il a introduit plusieurs écrivains et photographes célèbres, dont Araki Nobuyoshi et Moriyama Daido. Fiche technique Titre original : 素敵なダイナマイトスキャンダル (Suteki na dainamaito sukyandaru) Date de sortie : Mars 2018 (Japon) | 29 juin 2018 (NYAFF) Réalisé par : Masanori Tominaga Scénario par : Akira Suei Acteurs : Emoto Tasuku, Maeda Atsuko, Miura Toko, Ono Machiko Genre : Drame Durée : 138 min Classement : Non classé Pays d’origine : Japon Langue : Japonais (sous-titre en anglais) NYAFF 2018 : https://www.nyaff.org/nyaff18/films/dynamite-graffiti ..
La réalisation
Le scénario et l’histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
User Rating : No Ratings Yet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *