Cet article a été publié sur le site web Geeks and Com’.

Quelque part à Tokyo, Shibata Osamu et sa femme Nobuyo vivent dans la pauvreté avec leur famille. Osamu a quelques fois des petites jobines et Nobuyo travaille au salaire minimum. La famille Shibata compte principalement sur la pension de la grand-mère et sur des petits vols à l’étalage pour survivre. Un jour, Osamu et sa femme découvrent une petite fille, Yuri, qui est laissée dehors et ils décident de l’adopter non officiellement après avoir découvert qu’elle est maltraitée par ses parents.

Fiche technique

  • Titre original : 万引き家族 (Manbiki Kazoku)
  • Date de sortie : 8 juin 2018 (Japon) | 6 et 13 octobre 2018 (FNC)
  • Réalisé par : Hirokazu Kore-Eda
  • Scénario par : Hirokazu Kore-Eda
  • Acteurs : Lily Franky, Sakura Andô, Mayu Matsuoka
  • Genre : Drame
  • Durée : 121 min
  • Classement : R
  • Pays d’origine : Japon
  • Langue : Japonais (sous-titre en anglais)
  • FNC 2018 : https://nouveaucinema.ca/fr/films/shoplifters

Shoplifters a été/sera présenté dans le cadre du Festival du Nouveau Cinéma le :

  • 6 octobre à 17 h 45 au Cinéma Impérial
  • 13 octobre à 16 h 45 au Cinéplex Quartier Latin ­– Salle 10

Des Bougon japonais?

Si j’avais à résumer rapidement le film Shoplifters, je le comparais un peu à la télésérie québécoise Les Bougon (2004-2006). Shoplifters présente une famille dysfonctionnelle dans la société d’aujourd’hui où tout coûte cher et qu’il peut être difficile de vivre une vie aisément. À l’instar des Bougon, la famille Shibata est plus dans la magouille pour survivre que de « crosser » le système parce qu’il est corrompu.

La famille en avant-plan

Ce qui est triste dans tout ça, c’est de voir les enfants qui sont pris dans cette boucle et que leur père leur montre de mauvaises façons de vivre comme le vol à l’étalage. Néanmoins, l’histoire est sympathique dans cette tragicomédie puisqu’un lien se crée facilement entre les personnages et le spectateur.

Le film réussit à démontrer un aspect réel et vrai de la société au travers des liens filiaux de la famille Shibata avec Yuri. Je crois que ce qui frappe le plus dans cette histoire est le fait que le personnage de Yuri a la chance de pouvoir choisir ses parents. Les deux situations qu’elle vit ne sont pas les meilleures, mais celle avec la famille Shibata demeure supérieure. Et le réalisateur le fait avec une belle sensibilité et une délicatesse même si ce n’est pas une très belle situation familiale.

Les acteurs qui incarnent cette famille livrent une performance à la fois étonnante et déchirante. La relation qui est présentée dans Shoplifters montre de beaux liens de solidarité, d’amour et d’appartenance. Ces liens sont bien symbolisés par la distribution du début jusqu’à la fin du film.

Shoplifters

Le film Shoplifters est une histoire dure et tragicomique qui réussit à porter une réflexion sur notre société. C’est un beau film à voir!

Cet article a été publié sur le site web Geeks and Com’. Quelque part à Tokyo, Shibata Osamu et sa femme Nobuyo vivent dans la pauvreté avec leur famille. Osamu a quelques fois des petites jobines et Nobuyo travaille au salaire minimum. La famille Shibata compte principalement sur la pension de la grand-mère et sur des petits vols à l’étalage pour survivre. Un jour, Osamu et sa femme découvrent une petite fille, Yuri, qui est laissée dehors et ils décident de l’adopter non officiellement après avoir découvert qu’elle est maltraitée par ses parents. Fiche technique Titre original : 万引き家族 (Manbiki Kazoku)Date ..
La réalisation
Le scénario et l’histoire
Le jeu des acteurs
Le plaisir durant le visionnement
User Rating : No Ratings Yet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *