Cet article a été publié sur le site web Facteur Geek.

 

Quoi une course d’être humain?!? Ça doit être ennuyant de voir seulement des gens courir, mais non c’est un film vraiment surprenant, qui sort de l’ordinaire et qui est rempli d’actions et d’émotions!

Un jour, une centaine de personnes disparaissent subitement. Ils sont téléportés dans un étrange endroit où ils entendent une voix dans leur tête, ou plutôt leur propre voix qui leur dicte des règles et leur fait un décompte, mais de quoi? On apprend qu’ils sont des participants non consentants à une course où une seule personne peut survivre. Les règles sont: si tu marches sur le gazon, tu meurs; si tu sors du parcours, tu meurs; si tu te fais doubler, tu meurs. Cependant, seulement quelques endroits sont sans danger : la classe, la maison et la prison. Bien sûr dans les 100 personnes qui courent, ce ne sont pas tous de gentilles et attachantes personnes, donc il y a quelques personnes qui décident de faire de la merde et de tuer les autres participants. Qui survivra et finira le premier? Quel est le prix du vainqueur?

J’ai vraiment adoré mon visionnement. J’ai trouvé le film assez innovateur, on ne voit pas ce genre d’histoire tous les jours. J’ai trouvé quelques ressemblassent avec la série Gantz (que j’ai critiqué ici), c’est-à-dire que les personnages sont catapultés dans univers et qu’ils doivent se débrouiller avec le peu d’instructions qu’ils reçoivent. De plus, j’ai bien aimé le côté simple et très léché du visuel du film. Ils ont su réaliser et rendre le film vraiment intéressant avec un petit budget (ils ont utilisé la plateforme Kick Starter pour se financer).

Il y a une belle variété dans les types de personnes, c’est-à-dire que notre protagoniste est un unijambiste et il doit de débrouiller pour courser en béquille. La performance du comédien est remarquable, il a une telle aisance avec son handicap, euh… non, je ne peux pire qu’il soit handicapé par le fait qu’il n’est qu’une jambe. Il se démarque avec les diverses batailles et cascades qu’il accomplit lui-même.  Ensuite, il y avait deux personnes sourdes, ce qui complique légèrement la communication entre les personnages et qui nous donne des scènes intenses avec beaucoup d’émotion où seul le langage des signes est utilisé (mais bien sûr, il y a des sous-titres pour que le spectateur puisse comprendre).

Je suis sorti du film avec une impression de «WTF» avec le dénouement du film (NO SPOILLER, j’en dis pas plus) et d’être subjugué par l’ensemble de l’œuvre.

Le seul défaut et même là, c’est dur à dire que c’était un défaut, mais lors de la présentation au Festival Fantasia, le film n’était pas achevé, genre comme si c’était la version bêta du film. C’est-à-dire, il y a eu à un moment donné où l’on a pu voir les informations de la scène (temps, numéro de la prise, etc.). Selon le directeur/réalisateur, il y avait quelques problèmes de son, mais je ne les ai pas remarqués vu que j’étais plongé dans le film. Dans le fond, c’était seulement des petits détails à compléter puisque le film avait été fini d’être monté/postproduction 9 jours avant le visionnement à Fantasia.

Bref, si vous avez la chance de voir ce film, je vous le conseille grandement.

À voir et à revoir

Fiche technique

  • Titre original : The Human Race
  • Réalisation : Paul Hough
  • Scénario : Paul Hough
  • Langue originale : anglais avec sous-titres anglais
  • Genre : Horreur, Sci-fi, Fantastique, Action, Aventure
  • Durée : 90 minutes
  • Dates de sortie : 2012
  • Interprètes : Paul McCarthy-Boyington, Eddie McGee, Trista Robinson, Richard Gale, Paul Clemens
  • Production : Bryan Coyne, Paul Hough
  •  Pays d’origine :  États-Unis
  • Site web: http://www.thehumanrace.me/

http://www.fantasiafestival.com/2012/fr/films-et-horaire/107/the-human-race

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *