Cet article a été publié sur le site web Facteur Geek.

 

Comme le titre l’indique, cette série de Batman relate plusieurs d’événements qui sont racontés sous la forme de nouvelle. Dans chaque numéro, Batman doit résoudre un problème ou appréhender un vilain. Par exemple dans les numéros 25 et 26 versions digitales, Batman affronte Scarcrow. Celui-ci pense que la peur est notre ami et il veut aider Batman à entrer en contact avec ses émotions, et c’est pour cela que Scarecrow empoisonnera Batman avec une nouvelle toxine de la peur. Est-ce que Batman réussira à le vaincre? Mystère… Bref, c’est un peu ce genre de courtes histoires que nous propose la série The Legends of the Dark Knight.

Puisque c’est plein de courtes histoires, on a le droit à une variété d’auteurs et d’illustrateurs qui ont tous énormément de talents. Et vu que les histoires ne se suivent pas, je ne trouve pas ça désagréable, même que j’adore l’idée. Pour l’instant, je n’ai jamais trouvé TLotDK redondant, il y a un grand choix de vilain ou d’aventures que Batman vie. Si l’on manque une des nouvelles, on ne rate rien à la continuité de l’histoire et chaque événement n’est pas nécessairement en ordre chronologique. Avec la diversité d’illustrateurs, on a droit à plusieurs styles de dessins et même certains sortent de l’ordinaire. Par exemple, les numéros 4, 5 et 6 sont surement mes préférés pour leurs dessins (par Ben Templesmith). Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’adore le trait, la texture et la coloration qui donnent toute autre ambiance.

The Legends of the Dark Knight est ce qu’on appelle un « digital first », c’est-à-dire que les numéros sortent en premier en digital sur le site de Comixology et leur application Comics (que j’ai critiqué un peu plus tôt cette année). En version digitale, chaque numéro comprend environ une vingtaine de pages, ou plutôt des demi-pages, puisque le format a été adapté pour le format mobile des téléphones intelligents et des tablettes. Ce qui donne environ 3 à 5 cases par pages horizontales, c’est un peu moins qu’un comic normal. Mais au lieu de sortir chaque mois, comme la plupart des comics, TLotDK sort toutes les semaines, le jeudi pour un maigre 0.99 $. Jeudi  (le 20 décembre), le numéro 29 sortait. Mais si vous préférez l’avoir en version papier, DC Comics sort la série en numéro de 40 pages (format traditionnel). Pour l’instant, il y en a seulement 3 de parus, mais cela regroupe plusieurs nouvelles. Contrairement à la version digitale, la version papier sort chaque mois depuis octobre, pour 3.99 $.

Bref, je ne vois pas vraiment de point négatif à TLotDK. Je pense que tous amateurs de bandes dessinées ou du Chevalier noir devraient le lire.

Recommandé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *