Alice Through the Looking Glass prendra l’affiche le 27 mai 2016.

En 1875, Alice revient à Londres après une longue expédition en Chine pour la compagnie de son père en tant que capitaine du navire. Aussitôt arrivée, elle repartira, mais cette fois-ci, c’est pour retourner à Wonderland. Alice sera accueillie par ses amis White Queen, White Rabbit, Tweedles, Bayard et Cheshire Cat. Ils lui annonceront que (Mad) Hatter a perdu la boule et il est très malade, même mourant. Hatter est convaincu que sa famille a survécu à l’attaque de Jabberwocky puisqu’il a retrouvé le premier prototype de chapeau qu’il a conçu étant gamin. Personne ne semble le croire, même Alice ne le croit pas. Cependant, elle veut absolument aider son ami. La seule solution est de découvrir la vérité en voyageant dans le temps. Alice ira voler la Chronosphere de Time, un genre de demi-dieu qui gère le temps. Alice devrait faire une course contre le temps pour sauver le temps.

 

Alice Through the Looking Glass est la suite d’Alice in Wonderland [2010] par Tim Burton. Bien qu’il ne réalise pas ce film, Burton est l’un des producteurs du film. Ce film de James Bobin a su conserver ce riche univers interprété et idéalisé par Tim Burton. Alice voyagera au travers d’un vaste éventail d’univers contrasté et absolument joli. L’univers de transition est original et intéressant. Quand les films sont faits que de CGI, j’ai toujours une crainte que ça me sorte de l’expérience du film parce que ça parait trop. Par contre, Alice Through the Looking Glass réussit à nous faire oublier que tout est en CGI.

Le scénario joue beaucoup sur la notion du temps et c’est un thème récurrent. Oui, il y a les voyages dans le temps. Mais, il y a aussi des dialogues qui font souvent allusion aux temps et il y a même un personnage qui incarne le temps. Il y a une scène très amusante quand Time atterrit à la mauvaise époque lorsqu’il poursuivait Alice. Il rencontre Mad Hatter et ses compagnons qui feront une tonne de blagues sur le temps.

Alice Through the Looking Glass propose même quelques morales à propos du temps comme :

  • Le temps ne nous est pas volé, c’est un cadeau (traduction libre);
  • On ne peut pas changer le temps.

Ce dernier point, Alice s’en apercevra rapidement lorsqu’elle voudra aider Hatter. Si elle altère le passé, ça risque de briser la continuité temporelle. C’est peut-être l’un des points du film qui ne se démarque pas des autres films qui ont comme thématique le temps et les voyages temporels. Dans Alice Through the Looking Glass, j’ai eu l’impression que le scénario ne réinventait rien et il ne fait que reprendre des éléments déjà existants, mais c’est bien fait. Au moins, la façon dont l’histoire est apportée est intéressante.

Dans Alice Through the Looking Glass, on retrouve une bonne partie des personnages présents du premier film. Ce qui veut dire que Red Queen, l’ennemie jurée d’Alice, s’intéresse elle aussi à la Chronosphre, cette boule magique qui se transforme en machine à voyager dans le temps. Mais elle veut en faire une tout autre utilité. Dans les personnages présents dans le film, à part Alice, peu ont de grands rôles. On les voit plus à différentes époques, mais ils n’ont pas la même interaction avec Alice. C’est bien parce que je n’aime pas vraiment Johnny Depp dans le rôle du Mad Hatter et il n’est pas autant présent dans ce film.

Bref, Alice Through the Looking Glass est un agréable divertissement. Je ne me souviens plus assez du premier, mais il me semble que cette suite est beaucoup plus amusante et intéressante. À mon souvenir, le premier Alice ne m’apparaissait pas comme étant un film pour enfant. Celui-ci est à l’opposé. Alice Through the Looking Glass risque de plaire autant aux enfants qu’aux adultes. Je me suis bien amusé durant le visionnement même si ce n’est pas un grand film.

Le film est dédié à la mémoire d’Alan Rickman.

 

Alice Through the Looking Glass

  • Réalisation : James Bobin
  • Scénario : Linda Woolverton
  • Interprètes : Johnny Depp, Anne Hathaway, Mia Wasikowska, Rhys Ifans, Helena Bonham Carter, Sacha Baron Cohen, Alan Rickman, Stephen Fry, Michael Sheen, Timothy Spall
  • Fantastique
  • États-Unis
  • 113 min
  • Anglais (aussi en français)
  • films.disney.fr/alice-de-lautre-cote-du-miroir
  • 27 mai 2016

Join the discussion One Comment

Leave a Reply